Les dessous

de la mode

Auteur
Claude Hervé-Bazin
Copyright
District Creative Lab
Parution
ÉTÉ 2022
Les dessous

Nous apprécions tous de savoir dans quels champs ou quels potagers ont grandi ou poussé les ingrédients qui composent nos repas. Et si nous nous posions la question, aussi, pour les vêtements que nous portons ?

Le rythme frénétique de la fast-fashion

Le secteur est colossal : 3’000 milliards de dollars de ventes annuelles, pour plus de 100 milliards de pièces écoulées — un chiffre qui a doublé en 15 ans. On produit aujourd’hui tellement de vêtements et chaussures que chaque humain en possède en moyenne 5 fois plus que ses grands-parents. Résultat : un tiers reste au fond du placard. Le trop-plein est tel que même les associations caritatives ne savent plus quoi en faire !

La fast-fashion a fait exploser le compteur en passant de 2 à 6, 8, voire 24 collections par an chez des marques comme Zara, qui propose jusqu’à 12’000 nouveaux modèles ! Certaines entreprises créent désormais des produits éphémères et séries limitées pour booster les ventes tout en limitant les risques d’invendus et les besoins de soldes. Pire encore ? Le Chinois Shein, géant de l’ultra-éphémère pour adolescents, qui colonise TikTok et se concentre sur la vente en ligne, réalise un vêtement en une semaine, de la conception à la vente ! Même chez Inditex, la maison-mère de Zara, il faut au moins 3 ou 4 semaines.

Coton et polyester : deux calamités écologiques

Pour produire toujours plus, toujours plus vite, toujours moins cher, la fast-fashion s’appuie sur un modèle hautement toxique, écologiquement et socialement parlant, qui contribue à propulser le secteur de la mode au palmarès des plus gros pollueurs et consommateurs d’eau de la planète. 20 % de la pollution des eaux lui sont directement attribués...

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

fashionrevolution.ch

fairact.org

reparateurs.ch

publiceye.ch/fr/thematiques/vetements

sustainyourstyle.org

cleanclothes.org

oh-mode.ch



Les dessous