Botswana,

rugueux et sauvage

Auteur
Claude Hervé-Bazin
Copyright
Christian Bugnon
Parution
AUTOMNE 2022
Botswana,
Botswana,
Botswana,
Botswana,
Botswana,
Botswana,
Botswana,
Botswana,

Maun, 13h, 36°C. Dans la carlingue du Cessna, le mercure tutoie le ciel. Check-list achevée, le moteur vrombit et l’appareil s’arrache du sol, comme emporté par une bourrasque. Virage sur l’aile et, déjà, le Kalahari défile sous les fenêtres. Ce n’est pas vraiment le désert, pas non plus la forêt — plutôt un champ de broussailles clairsemées à l’apparence infinie.

On s’attend à voir de larges rivières, des bras d’eau comme autant de sources de vie. Erreur. Seuls quelques étangs épars se dessinent, auxquels mènent des sentes animales rayonnant comme autant de nervures. Si l’hiver austral correspond bien à la saison des pluies, ce n’est pas elle, trop faible sous ces latitudes écrasées de soleil, qui irrigue le delta de l’Okavango. Les trombes d’eau s’abattent plus au nord, sur les montagnes angolaises, entre décembre et mars, et s’écoulent au compte-gouttes vers le sud, pour n’atteindre l’Okavango qu’entre mai et juillet. C’est alors, en pleine saison sèche, que le désert s’inonde.

Moins de 30 minutes plus tard, l’avion pique du nez. Un premier passage au-dessus de la piste permet de chasser les intrus : deux éléphants négligemment posés sur le bas-côté.

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !


swiss.com

sanctuaryretreats.com

botswanatourism.co.bw



Botswana,
Botswana,
Botswana,