30° Degrés Magazine - Namaskar Marrakech

Namaskar Marrakech
Un palais pour 1001 nuits

Texte: 30° Degrés Magazine: Claude Hervé-Bazin

Aux portes des portes de Marrakech, la Palmeraie étend ses 100 000 palmiers sur une terre jadis austère rendue fertile par l’exigence des souverains almoravides et de leurs descendants. Dans cette oasis d’un autre temps, s’est implanté un ensemble de greens et de propriétés de luxe bien dans leur époque. Parmi elles, un joyau : le Palais Namaskar.

Imaginez votre propre petit Taj Mahal au bulbe d’or et aux extravagantes arcades polylobées veillant sur une grande piscine privée aux eaux tièdes. Imaginez le soir apaisant la torpeur du jour et les lanternes s’illuminer aux quatre coins du bassin tandis que tombe le rideau bleu nuit d’un crépuscule vorace. Imaginez, encore, votre propre majordome à demeure et le repas qui s’annonce sous le lustre du salon – préparé dans vos propres cuisines !

Quand l’Orient rencontre l’Occident

Les guides de voyage décrivent souvent les hôtels en signalant leur nombre de chambres. Difficile de s’acquitter de cette tâche lorsqu’on aborde les rivages du Namaskar. Bien plus que dans une chambre, on réside ici dans un cocon de douceur aux dimensions variables, semé au gré d’un domaine de 5 ha défini par une succession de plans d’eau et de longues colonnades rappelant la grandeur démesurée des majestueuses artères de l’Antiquité romaine. L’architecture s’affirme orientale… mais se marie aux concepts feng shui.

Nec plus ultra du Namaskar : les 3 palais privés (210-460 m2). L’occasion de dire, enfin : le roi, c’est moi. Sous leurs atours éternels, les pièces, aux volumes extravagants, révèlent des intérieurs d’aujourd’hui, épurés. Les pool villas (127 m2), tapies au ras des palmes, développent le style plus avant. Délaissant l’orientalisme ambiant, elles font la part belle aux lignes droites, aux vastes baies vitrées, au confort douillet de grands divans crème et de lits géants posés devant une cheminée encastrée ultra-contemporaine. Faisant appel à une certaine géométrie, elles emboîtent leur piscine privée dans un plus grand bassin ornemental, veillé ici par des cycas ou un olivier, là par des orangers lourds de fruits. D’immenses voilages extérieurs, comme tombant du ciel, préservent l’intimité des siestes en terrasse (avec baignoire extérieure !).

Les suites, elles, jouent la carte de la dualité. Côté pile : arcades à lambrequins encadrant la piscine et bassins-jardins évoquant des Alhambras marocains. Côté face : design contemporain réaffirmé. Même les plus petites des chambres (44 m2 quand même) bénéficient de leur propre terrasse ensoleillée se mirant dans les eaux…(...)

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

Fermer