30° Degrés Magazine - Écologie

Écologie
(C)H2o

Texte: 30° Degrés Magazine: Claude Hervé-Bazin | Photo: David Carlier | Parution: 03.12.2020

L’eau. Essentielle à la vie. Bien plus essentielle que le pétrole. Été après été, les pics de chaleur accablants et la diminution des pluies poussent à se poser la question : l’eau viendra-t-elle à manquer ? L’inquiétude est réelle, tandis que les glaciers s’étiolent sous nos yeux.

Les barrages, batteries de la Suisse

Indissociables des paysages, les grands barrages et leurs lacs de retenue permettent à la fois de contenir les crues, de réguler l’irrigation, de fournir les villes, les villages et les installations de pisciculture en eau potable, de constituer des réserves en cas d’incendie et, bien sûr, de produire de l’électricité (9 barrages suisses sur 10 s’y emploient). Nerf de la guerre énergétique, 57 % de la production électrique helvétique est hydraulique. Le pays, qui a édifié les premières retenues en béton d’Europe dès la seconde moitié du XIXe siècle, compte aujourd’hui 674 centrales d’une puissance égale ou supérieure à 300 kW et plus d’un millier de petits ouvrages gérés localement. Les plus importants barrages, dépassant 200 m de haut, se situent dans le Valais (la Grande Dixence, Mauvoisin), champion national toutes catégories de l’hydroélectricité, et dans le Tessin (Luzzone et Contra). Mais si l’arc alpin est le mieux servi, les cantons d’Argovie et de Berne comptent aussi.
Dans le contexte de la sortie du nucléaire à l’horizon 2035 en faveur des énergies renouvelables et de la Stratégie énergétique 2050, l’hydroélectricité, plus que jamais essentielle, devrait connaître une légère hausse de la production. Parmi les énergies les moins onéreuses, elle coûte en moyenne 2 à 3 fois moins cher que l’éolien et le solaire ! Ses émissions de gaz à effet de serre sont, quant à elles, les plus basses de toutes les technologies, 120 fois inférieures à celles des centrales à charbon ! Parallèlement, les redevances hydrauliques rapportent aux communes plus de 500 millions de francs par an.

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

Fermer