30° Degrés Magazine - David carlier

David carlier
prend de la hauteur

Texte: 30° Degrés Magazine: Laurent Grabet | Photo: David Carlier | Parution: 05.12.2019

En passant son brevet de pilote et en choisissant de voler sur des petits avions ultralégers, le photographe outdoor David Carlier a ajouté une corde à son arc. L’occasion pour lui de s’embarquer dans un nouveau projet consacré aux glaciers helvétiques agonisants ou en sursis.

David Carlier aime la montagne, l’eau et l’aventure sous toutes leurs formes. On ne s’étonnera donc guère que le photographe de 47 ans se soit récemment pris de passion pour l’aviation — ni que son talent y ait gagné de la hauteur de vue. « Il y a deux ans, je n’y connaissais rien. Voler me semblait totalement hors de portée, aussi bien techniquement qu’économiquement », explique le natif d’Aubonne. Des dizaines d’heures de vol et une licence plus tard, c’est une tout autre histoire qui se déroule.
David Carlier s’est lancé à l’âge auquel beaucoup, enfermés dans le carcan des inévitables contingences matérielles, commencent à se résigner et enterrer leurs rêves passés. Pas lui. Question de chance, de volonté ou de personnalité : l’homme n’a pas oublié d’oser. C’est l’impression que le quadragénaire donne tandis que, assis avec décontraction dans son biplace Eco-Light, il décolle avec doigté de l’aérodrome de Bex.

Virage sur l’aile
« J’avais souvent vu ce genre de petit avion, semblant tout droit sorti d’un album de Tintin, atterrir en montagne… J’ai toujours eu pour livre de chevet Vol de nuit de Saint-Exupéry. L’aviation m’appelait, mais sans que je me l’avoue vraiment, car une barrière mentale me disait que ce n’était pas pour moi. Et puis, un jour d’août 2017, un instructeur m’a invité à voler avec lui… » Pour le montagnard passionné, qui a déjà vingt ans de parapente et dix ans de photographie pro derrière lui, c’est une révélation.(...)

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer