30° Degrés Magazine - Lofoten

Lofoten
le vol du grand aigle de mer

Texte: 30° Degrés Magazine: Claude Hervé-Bazin | Photo: ©ClickAlps/REDA&CO

Comment vit-on au nord du Cercle polaire ? Très bien, merci, affirment d’une même voix les habitants des îles Lofoten. Le Gulf Stream, poussé dans ses derniers retranchements, vient s’y assoupir au pied de montagnes magistrales enserrant des vallées secrètes et des villages cultivant le goût de l’isolement derrière les murs de bois de leurs emblématiques rorbuer – les cabanes rouges des pêcheurs de morue.

C’est toujours en compagnie des mouettes et des goélands que l’on aborde les Lofoten. Escortant les ferries dans l’illusion d’une pêche miraculeuse, les oiseaux sont chez eux dans l’immense Vestfjord, qui sépare le continent de l’archipel. Balayé souvent par des bourrasques, roulant des vagues impétueuses, il se fait pourtant refuge en comparaison du vrai océan, à l’ouest, agressé l’hiver par des tempêtes homériques. Là, le vent, dans ses humeurs, déferle avec une constance horripilante, dépassant régulièrement les 120 km/h.

Bien avant d’accoster dans le port de Stamsund (68° 08’ de latitude nord), une longue herse de montagnes déroule déjà au loin son échine de monstre marin. D’abord horizon, l’archipel, en approchant, se fait palissade, surgissant des eaux pour mieux les dominer. Stamsund, qui n’est pas le plus beau port des Lofoten, est déjà superbe. Escortée d’îlots en escadrille, la bourgade, aux bâtisses d’un rouge impérieux épousant les flancs d’une péninsule minérale, s’amarre au pied de falaises rocailleuses. A 23h passées, le soleil y brille et brillera encore davantage le lendemain. En mai, chaque nouvelle journée s’accroit de 10 à 12 minutes !

La Norvège fantasmée
Il n’en faut pas plus pour filer dès l’aube rayonnante (3h !) vers la côte ouest en quête de belles images. Au sortir d’un tunnel, voilà Vikten : une poignée de maisons et de fermes sur un tapis de verdure printanier. Une parenthèse arrachée à la montagne, bercée par une plage de sable blanc empruntée aux mers du Sud – sur laquelle plane épisodiquement la silhouette massive du pygargue à queue blanche. (...)

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer